Minceur

Pourquoi trop de bon cholestérol ?

Qu’ est-ce que le cholestérol ?

Le cholestérol est une substance graisseuse (un lipide) qui joue un rôle important dans la vie de nos cellules. C’est l’un des composants les plus importants des membranes de nos cellules et est essentiel pour la production de nombreuses hormones. Mais attention, le cholestérol peut rapidement devenir dangereux s’il s’accumule dans les parois de nos artères.

A lire également : Quel cholestérol LDL ne devrait pas être plus élevé que ?

Qu’ en est-il du « bon » cholestérol ?

Comme tout le monde, vous avez entendu parler de « bon » et de « mauvais » cholestérol. Il n’y a qu’un seul type de cholestérol, qui n’est ni bon ni mauvais. En réalité, le cholestérol dans le sang n’est pratiquement pas présent sous forme libre : il est lié à des protéines de transport appelées apoprotéines. La combinaison d’une apoprotéine et d’un lipide donne naissance à une lipoprotéine, ce qui rend les lipides solubles dans le sang. Deux lipoprotéines sont d’une importance particulière pour le taux de cholestérol : lipoprotéines de basse densité (LDL) et lipoprotéines de haute densité (HDL).

Par conséquent, si nous parlons de cholestérol, alors nous devons distinguer un certain nombre de choses :

A lire également : Est-il possible de faire une deuxième manche ?

  • HDL cholestérol (lipoprotéine de haute densité) : les lipoprotéines de haute densité sont principalement responsables du transport du cholestérol de la paroi vasculaire vers le foie. Le foie provoque alors le cholestérol de quitter le corps par les selles. En d’autres termes, le cholestérol HDL (HDL-C) est le cholestérol qui ne reste pas dans nos vaisseaux sanguins, d’où sa réputation de « bon cholestérol ».
  • Cholestérol LDL (lipoprotéine de basse densité) : les lipoprotéines de basse densité sont principalement responsables du transport du cholestérol du foie vers les organes. En d’autres termes, le cholestérol lié au LDL-C (LDL-C) est le cholestérol susceptible de se produire dans les vaisseaux sanguins vont atterrir, d’où sa réputation de « mauvais cholestérol ».
  • cholestérol total : Taux de la somme des deux.

À un équilibre lipidique, le cholestérol total et le cholestérol HDL sont mesurés, ce qui permet de calculer le cholestérol LDL (par déduction). Il est intéressant de calculer le cholestérol LDL car il est un facteur causal de l’athérosclérose (c’est-à-dire, le cholestérol LDL s’accumulera dans les parois des artères). Le cholestérol HDL, au contraire, est un facteur protecteur.

D’ où vient-il ?

Le cholestérol dans notre sang provient de :

  • alimentaire (30 %)
  • notre foie (70%) qui produit des quantités importantes de lipides précurseurs du cholestérol.

Quels niveaux de cholestérol ai-je besoin pour être en bonne santé ?

Il n’y a pas niveau de cholestérol qui met un individu à risque. C’ est la combinaison d’ anomalies graisseuses et d’autres facteurs de risque (hypertension artérielle, tabagisme, diabète, obésité,…) qui doit être prise en compte afin d’évaluer le risque cardiovasculaire global du patient et de le traiter le plus efficacement possible.

Les médecins disposent désormais d’outils pour évaluer le risque global. Ces outils sont très efficaces et leur permettent de proposer l’approche thérapeutique la plus appropriée.

  • Chez les patients qui ont déjà eu un accident (prévention secondaire), le contrôle LDL-C est effectué selon des normes précises et strictes et des ajustements souvent prescrits dans le régime alimentaire et les médicaments
  • chez les personnes qui n’ont jamais eu d’accident (prévention primaire), les normes sont moins strictes et c’est le calcul de le risque global qui est important pour déterminer si l’abaissement du cholestérol en vaut la peine. En général, pour les adultes, les valeurs suivantes sont recherchées  :
  • cholestérol total < 2 g/l
  • une LDL-C < 1,3 g/g
  • un HDL-C > 0,35 g/l
  • triglycérides < 2 g/l

Mais le point important est que « cholestéroléanomalie autres facteurs de risque (hypertension artérielle, obésité, vie sédentaire, tabagisme, diabète) » permettent de déterminer le risque cardiovasculaire mondial. En effet, dans la prévention primaire, un niveau de cholestérol dans le sang n’est qu’un nombre . Pour savoir si ce taux de cholestérol est un risque pour vous et pour déterminer quel pourcentage vous convient le mieux, il est nécessaire de prendre en compte les facteurs de risque corrigeables et non corrigeables, puisque l’âge et le sexe sont pris en compte lors du calcul du risque global.

Fréquence de cholestérol trop élevé

Parmi la population belge âgée de 35 à 84 ans (environ 5.500.000 personnes), il y a environ 1.700.000 personnes avec 15% de risque d’un grave accident cardio ou vasculaire cérébral dans les 10 ans. Ce risque s’élève à plus de 30 % pour 350 000 d’entre eux.

Pourquoi avons-nous besoin de traiter un taux de cholestérol trop élevé ?

Le cholestérol est apporté du foie aux artères par le LDL, puis de retour des artères au foie (puis traité et enlevé) par le HDL. Si les niveaux de ces deux lipoprotéines ne sont pas bien équilibrés, alors, très probablement, le cholestérol reste dans les parois des artères.

Quand il s’accumule dans les vaisseaux sanguins, grâce à la LDL, le cholestérol contribuera à la formation ou à la croissance des plaquettes d’athérome (plaquettes qui bloquent les vaisseaux sanguins et réduisent le flux sanguin). Lorsque cette Les plaques éclatent ou se déchirent, elles contribuent à la formation de caillots qui peuvent causer des crises cardiaques ou des accidents vasculaires cérébraux.

D’ autre part, le HDL récupère l’excès de cholestérol du corps, y compris les athéromes, et ramène l’excès de cholestérol au foie pour le recyclage.

LDL-C est le facteur causal de l’athéromatose, et doit donc être abaissé en premier. La mesure directe du LDL-C est généralement difficile, la détermination de la quantité de LDL-C est faite en calculant le cholestérol total, HDL-C et triglycérides (une autre forme de lipides), dont la mesure est simple.

Comment abaisser votre taux de cholestérol ?

Puisque notre alimentation contient généralement trop de matières grasses, un retour à une alimentation plus saine en termes de teneur en matières grasses est nécessaire dans tous les cas.

Il est nécessaire de manger moins de graisse, en particulier les graisses animales (viande, corsé produits laitiers, fromage) et les graisses solides à température ambiante (beurre, quelques margarines). Ces graisses dites saturées augmentent le taux de cholestérol.

D’ autre part, les huiles végétales et les margarines molles sont recommandées, elles réduisent le taux de cholestérol ( ne faites pas trop , car l’objectif est de limiter la consommation totale de matières grasses).

L’ exercice régulier (30 minutes par jour si possible) et lenon-fumeur sont importants pour garder vos artères en bonne santé.

Les réponses aux questions qui vous sont proches de votre cœur :

Pourquoi on parle de bon et de mauvais cholestérol ? Le cholestérol n’est pas dans le sang en tant que tel, mais dans le cadre de structures plus grandes, des composés de graisses et de protéines (lipoprotéines). Il existe plusieurs types de lipoprotéines. Certains d’entre eux sont particulièrement petits : LDL et HDL. Les deux peuvent filtrer le sang à l’intérieur du paroi artérielle. Dès que le LDL est dans la paroi de l’artère, il se fixe sur le matériau de base de la paroi, subit des changements (par oxydation) et s’accumule progressivement pour éventuellement causer des lésions athérosclérotiques. HDL, d’autre part, a la propriété de re-desserrer une partie du cholestérol stocké dans la paroi de l’artère et de l’emporter dans le foie, puis de le drainer. Par conséquent, le premier (LDL) est appelé « mauvais cholestérol » et le second (HDL) « bon cholestérol ». L’excès de LDL contribue à la formation de lésions athérosclérotiques, tandis que la teneur en HDL reflète la mesure dans laquelle le corps peut se protéger contre les lésions athérosclérotiques (plus élevé, mieux l’organisme est protégé) .Quelles sont les conséquences de l’excès de cholestérol ? Trop de cholestérol est particulièrement nocif pour la paroi artérielle, car les autres organes parviennent à se défendre contre les dépôts de cholestérol sans trop de difficulté. Il existe » visibles » accumulations de cholestérol, telles que le développement d’une arche grise (arc cornéen) dans l’œil et des excroissances sur les tendons, en particulier le tendon d’Achille (xanthomas). Le dépôt de cholestérol dans ces deux tissus provoque peu de problèmes significatifs. L’excès de cholestérol dans la paroi artérielle, d’autre part, commence le processus athérosclérotique. Est-il vrai qu’en mangeant différemment, on peut réduire son taux de cholestérol de 15% ? Avec moins de cholestérol et moins d’acides gras saturés dans l’alimentation, on peut en effet abaisser le taux de cholestérol et surtout la teneur en LDL-C. Une alimentation équilibrée peut conduire à une réduction moyenne des taux de LDL-C d’environ 10 %. Certains schémas nutritionnels, par exemple chez les végétariens, peuvent réduire considérablement la teneur en LDL-C (jusqu’à 30%). Typiquement, un tel régime contient des stérols végétaux, des protéines de soja, des fibres visqueuses et éventuellement certaines graines (amandes). À titre de comparaison : les médicaments les plus actifs réduisent la teneur en LDL-C de 50 à 60%. Quand donne-t-on des médicaments pour abaisser le taux de cholestérol ? La décision de réduire le taux de cholestérol avec des médicaments, tout d’abord, ne dépend pas du niveau lui-même. Après tout, il y a des gens qui ont un taux élevé de cholestérol mais n’ont pas nécessairement de problèmes cardiaques et vasculaires. Il est important de réduire le risque d’accident cardiovasculaire, et non d’abaisser le taux de cholestérol. Le risque cardiovasculaire est associé non seulement au taux de cholestérol, mais aussi à d’autres facteurs de risque (tabagisme, hypertension artérielle, diabète,…). Dans un premier temps, il sera nécessaire de déterminer si le risque cardiovasculaire augmente en fonction de tous les facteurs de risque combinés (pas seulement ceux qui traitent des graisses). Si le médecin le pense, alors il faut travailler sur tous les facteurs de risque pouvant être corrigés, c’est-à-dire cesser de fumer, pression artérielle baisse,… et abaisse le cholestérol. Afin d’abaisser le taux de cholestérol, une alimentation équilibrée doit être rétablie. Ce n’est que lorsque le taux de cholestérol reste trop élevé que l’on peut envisager des médicaments. Il convient de tenir compte du fait qu’une réduction de la LDL-C de 25 à 30 % est déjà bénéfique pour la prévention, bien que les valeurs idéales soient probablement beaucoup plus faibles que celles recommandées actuellement. Comment puis-je avoir eu un infarctus alors que mon cholestérol était normal ? Il y a deux explications possibles à cela. Tout d’abord, l’athérosclérose a à voir avec plus d’un facteur, et même si la teneur en LDL-C n’est pas considérée comme trop élevée, il peut agir beaucoup plus agressivement sur la paroi de l’artère si d’autres facteurs de risque, tels que l’hypertension artérielle, le tabagisme, etc., sont présents. D’autre part, il convient de noter qu’il n’y a toujours pas de certitude quant aux valeurs normales ou idéales de LDL-C. Le les valeurs guides continuent de diminuer continuellement. Il est donc tout à fait possible qu’un taux de cholestérol que l’on trouve encore normal se révélera bientôt beaucoup trop élevé.